Lire. Comprendre. Vivre
- La Parole de Dieu -

Le dimanche suivant

Troisième Dimanche Ordinaire

2018-01-21

Troisième Dimanche Ordinaire


Troisième Dimanche Ordinaire

ANNÉE B

Première lecture : Jonas 3, 1-5.10

Psaume : Psaume 24(25), 4-9

Deuxième lecture : 1 Corinthiens 7, 29-31

Évangile : Marc 1, 14-20

PRIER

Psaume 24(25), 4-9

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Dans ton amour, ne m’oublie pas,
en raison de ta bonté, Seigneur.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

LIRE LA PAROLE

PREMIÈRE LECTURE
Jonas 3, 1-5.10

La parole du Seigneur fut adressée de nouveau à Jonas : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. » Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Or, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser. Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, se vêtirent de toile à sac. En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés.

DEUXIÈME LECTURE
1 Corinthiens 7, 29-31

Frères, je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui ont de la joie, comme s’ils n’en avaient pas, ceux qui font des achats, comme s’ils ne possédaient rien, ceux qui profitent de ce monde, comme s’ils n’en profitaient pas vraiment. Car il passe, ce monde tel que nous le voyons.

ÉVANGILE
Marc 1, 14-20

Après l’arrestation de Jean le Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets. Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite.

ENTENDRE LA PAROLE

Le thème : « Changer son cœur »

Les lectures de ce dimanche appellent chacun et chacune à se repentir. Elles proclament le message de la repentance pour amener à la conversion du cœur. Cette transformation intérieure commence par l’écoute de la voix de Dieu, laquelle ne va pas sans une réponse qui implique un changement de vie décisif.

La première lecture nous parle de la mission prophétique de Jonas. Ce dernier a été appelé pour témoigner de Dieu face aux gens de Ninive. Cette ville était la capitale de l’Assyrie, un pays qui était l’ennemi mortel d’Israël. Au départ, Jonas refusa de proclamer le message de la repentance aux Ninivites. Il s’enfuit loin de Dieu manifestant sa désobéissance, ce qui eut pour conséquence l’épisode de sa rencontre avec la baleine. Peut-être Jonas craignait-il que Dieu, dans sa miséricorde et sa compassion, renonce à son projet de détruire les habitants de Ninive et leur pardonne si ceux-ci se repentaient (Jon 4, 2). Jonas, en tant que prophète d’Israël, souhaitait la destruction de la ville assyrienne et de ses habitants. Finalement, il en vint à accepter que le Seigneur ait pour dessein d’accorder aux Ninivites une dernière chance de se convertir. Comme nous l’entendons aujourd’hui, Jonas, volontairement ou malgré lui, accepta de proclamer la parole du Seigneur, accomplissant fidèlement sa mission.

Dans le texte hébreu original, le message que Jonas adressa aux Ninivites se compose simplement de cinq mots : « Encore quarante jours et Ninive sera détruite. » Dans la Bible, « quarante jours » relève du symbole, le nombre de quarante revenant à désigner le temps nécessaire à la transformation et au changement du cœur.  Dans la prophétie de Jonas, Ninive reçut un message de condamnation et de malheur sans appel. Toutefois, à la surprise du prophète, son message fut accueilli par les Ninivites et provoqua une réponse radicale et décisive puisque : « Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, se vêtirent de toile à sac. » Avec un minimum d’effort –un jour de prédication et cinq mots -, Jonas connut un succès écrasant et sans précédent, supérieur peut-être à celui des autres prophètes en Israël. Généralement, ces derniers étaient ignorés ou devaient faire face à une opposition brutale, une résistance constante, du cynisme et même des persécutions allant parfois jusqu’à la torture. Il n’y eut que le peuple de Ninive pour se repentir. Dans cette histoire, Jonas fut le premier à se convertir lorsqu’il cessa de fuir Dieu et, littéralement, « se retourna ». Et cela, avant de pouvoir interpeler les Ninivites en les mettant au défi d’abandonner leurs actions mauvaises et de se tourner vers Dieu. Le récit montre en outre que lorsque les Ninivites se repentirent du mal, Dieu se repentit lui aussi, renonçant à la condamnation qu’il leur réservait. L’épisode souligne le fait qu’aucune personne, aucun lieu, aucune situation ne se trouvent hors de portée de la miséricorde et de la compassion divines : il suffit d’être prêt à écouter le Seigneur et de changer son cœur et sa vie. 

Dans la deuxième lecture, saint Paul met l’accent sur l’urgence de la repentance étant donné que « le temps est limité » (1Co 7, 29). L’une des questions qu’il traite en 1 Corinthiens 7 est celle du mariage et du célibat. Dans cette communauté, certains chrétiens dévaluaient l’institution du mariage. Tout en affirmant que vivre dans le célibat a une réelle valeur, l’Apôtre affirme que le mariage tout comme le célibat sont des charismes, des dons venus de Dieu (1Co7, 7). Par conséquent, chacun/chacune devrait choisir son état de vie selon le charisme dont Dieu l’a gratifié/e. Gardant à l’esprit la venue imminente du Seigneur, Paul presse les Corinthiens d’adopter une attitude nouvelle à l’égard de Dieu et des autres. De fait, ils ne devraient pas s’encombrer des soucis de la vie du monde. Bien plutôt, ils devraient consacrer leurs dons, leur temps et leur énergie à servir le Seigneur et à se servir mutuellement au sein de la communauté. Cela demande une conversion du cœur qui consiste à se détourner des buts égoïstes de ce monde parce que, selon Paul, ce monde passe ainsi que ses apparences.  Mais ce qui relève vraiment du service de Dieu a une valeur éternelle car Dieu vit pour toujours.

L’Évangile de Marc résume les événements qui ont marqué le début du ministère public de Jésus. Il est venu « proclamer l’Évangile de Dieu », ce qui indique qu’il a consenti à la mission que lui a donnée le Père lors de son baptême (à la différence de Jonas) et il appelle les gens à se convertir : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (1,15). Il inaugure ainsi le Royaume (le Règne) de Dieu. La foi et la conversion – le changement d’orientation dans une vie – sont la seule réponse appropriée au Royaume qui vient dans et par la personne de Jésus.

L’appel des premiers disciples sur le bord de la mer de Galilée (Mc 1, 16-20) qui suit immédiatement la proclamation du Royaume de Dieu, est une bonne illustration de ce qu’est la véritable conversion –un changement de vie décisif et radical. Le récit montre comment des gens ordinaires ont réorienté leur vie. De pêcheurs, ils sont devenus disciples de Jésus. L’invitation que ce dernier a lancée aux deux frères, Simon et André, était simple mais constituait néanmoins un défi. Il commença par leur demander de venir à sa suite, puis de devenir pêcheurs d’hommes. C’est Jésus, notons-le, qui prit l’initiative d’appeler ses premiers témoins et collaborateurs au service de la venue du Royaume. Il rencontra ces frères dans le contexte de leur vie ordinaire et leur demanda de la quitter, de modifier leurs modalités d’existence et de changer  leurs projets. Ils répondirent en laissant leurs biens et en abandonnant leur profession pour suivre Jésus. De la même façon, ce dernier est venu bouleverser la vie de Jacques et de Jean, les fils de Zébédée, qui ont fait exactement la même chose que Simon et André, et cela sans délai. L’adverbe « aussitôt », utilisé par Marc, indique un sens de l’urgence et une détermination de la part de ceux qui sont appelés. Leur réponse fut prompte et entière, et ils changèrent de vie sans regarder en arrière, ce qui illustre bien la nature de la conversion.

Les lectures de ce jour nous enseignent que la disposition au changement est la première étape de la conversion. Les habitants de Ninive ont entendu la voix de Dieu par l’intermédiaire de Jonas et ils ont ouvert leur cœur au Seigneur en se repentant de leurs péchés. Cette repentance, en retour, leur a apporté les bénédictions divines et leur a donné une nouvelle perspective de vie. Paul appelle les Corinthiens à s’ouvrir au Christ ressuscité et à consacrer leur vie à son service. Ce qui requiert une réorientation, une autre forme de repentance. La disponibilité est également la qualité première et indispensable pour un disciple. Cette ouverture au changement, émanant du cœur, a permis aux premiers appelés de suivre Jésus sans réserve et de tout leur être.  Être disciple, au sens le plus authentique du terme, implique d’écouter la voix du divin Maître et de lui répondre. En écoutant l’appel du Christ et en changeant la direction de leur vie, les disciples sont devenus les réceptacles des bénédictions du Règne de Dieu inauguré par Jésus. Par conséquent, cette disponibilité qui rend le changement du cœur possible devrait être la principale préoccupation d’un chrétien ou d’une chrétienne qui aspire à être authentiquement disciple de Jésus. Ce désir était bien connu du Psalmiste qui demandait à Dieu : « Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi. »

ÉCOUTER LA PAROLE DE DIEU

Chacun/chacune de nous naît à cette vie de par la décision de Dieu. Chacun/chacune de nous est voulu/e, chacun/ chacune de nous est aimé/e, chacun/chacune de nous est indispensable. Nous ne sommes pas des produits occasionnels dus au hasard de l’évolution. Dieu prend soin de nous comme de ses enfants et est concerné par le salut de nos âmes. En tant que disciples du Christ, nous pouvons nous demander si nous vivons avec ce sens profond de la présence de Dieu dans nos vies et dans notre monde. Si nous regardons ce dernier, nous sommes souvent submergés par un sentiment d’obscurité lié à l’évidence du mal et de la corruption qui nous entourent. Une telle perception nous décourage et elle détache notre cœur de notre Créateur. Pourtant, nous pouvons la transformer à notre avantage. Le message de Jonas aux Ninivites était sombre et menaçant, mais il ne les a pas conduits au désespoir. Au contraire, il a  suscité une repentance dont la conséquence a été un changement de vie. Lorsqu’actuellement nous sommes confrontés à ces maux que sont la corruption, les préjugés ethniques, le matérialisme, le mal, la désobéissance et la violence, il nous est toujours possible de les considérer comme un appel au repentir pour tout ce qui nous sépare de Dieu. Nous pouvons traiter ces aspects négatifs et menaçants de la vie comme une invitation à nous détourner du mal. En tant que chrétiens et que chrétiennes, nous sommes nous aussi touché/es par le péché générateur de ténèbres pour le monde. L’appel à la repentance et à la conversion du  cœur est porteur d’un défi  celui qui consiste à nous ouvrir à la reconnaissance de nos propres fautes. En commençant par là, nous pourrons répondre à Dieu en changeant ce qui ne correspond pas à ses intentions dans notre existence et à notre véritable identité d’enfants de Dieu. La disponibilité au changement repose sur l’honnêteté quant à ce que nous sommes et à l’étape  où  nous nous trouvons. 

L’appel d’aujourd’hui à la conversion du cœur implique également de se détacher de ce qui nous emprisonne ou nous aliène et rend tout changement impossible. Nous vivons dans un monde où beaucoup de gens tiennent aux sécurités du passé et ne sont pas prêts à les abandonner pour laisser le Christ advenir. Ces sécurités incluent les traditions et les représentations du monde héritées de nos ancêtres. Certaines sont très bonnes, d’autres non. Il nous faut évaluer soigneusement quelles sont celles qui s’accordent avec notre foi chrétienne et nous aident à vivre une existence meilleure et quelles sont les autres : celles qui représentent un obstacle  à notre progrès personnel et collectif.

Quand Jésus appela ses disciples à le suivre et promit de faire d’eux des « pêcheurs d’hommes », il leur proposa un changement de vie très direct. Pour répondre à son invitation, ils commencèrent par lâcher leurs sécurités, autant dire par se défaire de tout ce qu’ils avaient et de tout ce qu’ils savaient, y compris de la façon dont ils avaient appris à vivre. Leur décision fut personnelle et prise d’un cœur entier. Ils auraient pu dire « non ! ». Mais par leur capacité à se mouvoir dans la vie, ils devinrent des artisans de la transformation du monde en apportant à ce dernier la bonne nouvelle de Jésus et en agissant comme leur maître le faisait.

Tout comme eux, nous, les disciples modernes de Jésus, nous devons être désireux d’être disponibles aux invitations de ce dernier et prêts à laisser un certain nombre de choses derrière nous, même si elles sont bonnes et importantes à nos yeux, sans parler de celles qui nous empêchent de progresser, nous et nos communautés. Telles sont les conditions pour être des disciples authentiques. Enfin, il y a les demandes auxquelles il nous faut répondre pour progresser dans notre vie et nous rapprocher toujours davantage du salut divin.

ProverbE

« Quand la musique change, la danse change aussi » (Proverbe africain).

AGIR

S’examiner :

Suis-je assez ouvert/e et honnête pour reconnaître que certaines de mes actions et que certains de mes comportements peuvent agresser les autres et  leur causer du dommage ? Quelles sont ces actions, quels sont ces comportements ?

Identifiez les pratiques et les croyances qui vous empêchent de progresser dans la vie et de  devenir meilleur/e pour vous-mêmes et pour les autres.

 

Répondre à Dieu :

Confessez le péché qui a détaché votre cœur de Dieu, vous empêchant d’être un vrai disciple de Jésus Christ.

Priez pour vivre un nouveau commencement dans la disponibilité au changement et à la rencontre du Christ, afin de devenir un vrai disciple.

 

Répondre à notre monde :

En tant que groupe, discutez et identifiez les traditions et les croyances fausses et nuisibles qui opèrent dans votre environnement et empêchent votre communauté (groupe, famille, paroisse, établissement scolaire) de changer pour un mieux. Prenez la décision, après les avoir identifiés, de faire les pas nécessaires pour vous en détacher.

PRIER

Me voici, Seigneur, tu m’as appelé/e à te suivre. Envoie sur moi ton Esprit Saint afin qu’il ouvre mes yeux et que je puisse voir ce qu’il me faut changer ou laisser derrière moi pour te suivre dans une plus grande proximité. Rends-moi réceptif/réceptive à ta Parole et désireux/désireuse de faire les pas qui me permettront d’avancer dans la vie et de me rapprocher de toi. Amen.

 

Textes bibliques reproduits avec l’accord de l’AELF – www.aelf.org

www.lectioyouth.net

www.facebook.com/lectioyouthnet

Écouter

Troisième Dimanche Ordinaire

Récemment Ajouté

Troisième Dimanche Ordinaire

Deuxième Dimanche du Temps Ordinaire

Epiphanie

Marie Mère de Dieu

Bulletin

Inscrivez-vous maintenant et obtenez des nouvelles.

Projet coordonné par

Contact

  • Catholic Biblical Federation General Secretariat 86941 St. Ottilien GERMANY
  • Phone:
    Phone:+49-(0)8193 716900

© 2016-2017 - LectioYouth.net - Tous les droits sont réservés - info@lectioyouth.net