Lire. Comprendre. Vivre
- La Parole de Dieu -

Le dimanche suivant

Vingt-cinquième Dimanche du Temps Ordinaire

2019-09-22

Vingt-cinquième Dimanche du Temps Ordinaire


Vingt-cinquième Dimanche du Temps Ordinaire

ANNÉE C

Première Lecture : Amos 8, 4-7

Psaume : Psaume Ps 112 (113), 1-2, 5-8

Deuxième Lecture : 1 Timothée 2, 1-8

Évangile : Luc 16, 1-13

PRIER

Psaume Ps 112 (113), 1-2, 5-8

Louez, serviteurs du Seigneur,
louez le nom du Seigneur !
Béni soit le nom du Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles !

Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
Lui, il siège là-haut.
Mais il abaisse son regard
vers le ciel et vers la terre.

De la poussière il relève le faible,
il retire le pauvre de la cendre
pour qu’il siège parmi les princes,
parmi les princes de son peuple.

LIRE LA PAROLE

PREMIÈRE LECTURE
Amos 8, 4-7

Écoutez ceci, vous qui écrasez le malheureux pour anéantir les humbles du pays, car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix et fausser les balances. Nous pourrons acheter le faible pour un peu d’argent, le malheureux pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu’aux déchets du froment ! » Le Seigneur le jure par la Fierté de Jacob : Non, jamais je n’oublierai aucun de leurs méfaits.

DEUXIÈME LECTURE
1 Timothée 2, 1-8

Bien-aimé, j’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. En effet, il n’y a qu’un seul Dieu, il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. Aux temps fixés, il a rendu ce témoignage, pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’apôtre – je dis vrai, je ne mens pas – moi qui enseigne aux nations la foi et la vérité. Je voudrais donc qu’en tout lieu les hommes prient en élevant les mains, saintement, sans colère ni dispute.

ÉVANGILE
Luc 16, 1-13

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le convoqua et lui dit : ‘Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.’ Le gérant se dit en lui-même : ‘Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.’ Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : ‘Combien dois-tu à mon maître ?’ Il répondit : ‘Cent barils d’huile.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.’ Puis il demanda à un autre : ‘Et toi, combien dois-tu ?’ Il répondit : ‘Cent sacs de blé.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu, écris 80 ’. Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »

ENTENDRE LA PAROLE

Le thème: « Assurer un bon avenir »

La préoccupation concernant l’avenir fait partie de la vie quotidienne qui nous angoisse régulièrement. La liturgie d’aujourd’hui reconnaît l’importance de cette préoccupation de chaque jour. Et, elle la situe dans un cadre plus large de la vie à commencer par le monde d’aujourd’hui jusqu’à l’éternité.

Le prophète Amos a adressé son message au royaume d’Israël qui jouissait d’une époque de grande prospérité et de succès. Cependant, l’histoire d’Israël était déjà à ces dernières années. Avant son effondrement final en l’an 722 av. JC, Israël était une nation forte et prospère. Mais, derrière cette prospérité, se cachait la triste réalité d'une grave inégalité économique et d'oppression. Les classes inférieures de la société, en particulier les agriculteurs, ont été exploitées sans pitié par les riches propriétaires terriens et par l'aristocratie. Amos s’adressait à ces oppresseurs, les accusant d’ « anéantir les humbles du pays ». Le prophète a également dénoncé leur hypocrisie religieuse derrière laquelle ils se cachent prétendant attendre impatiemment que « la fête de la nouvelle lune soit passée… et que le sabbat soit fini ». Les Israélites observaient le début d'un nouveau mois lunaire et le jour du sabbat comme un temps des fêtes où tout travail et toutes activités commerciales étaient interdits. Les oppresseurs, tout en s'acquittant des commandements religieux, étaient occupés à planifier l'avenir proche avec des intentions très malines. Ils cherchaient des moyens pour gagner encore plus d’argent en haussant à cet effet les prix des denrées alimentaires et en vendant des pauvres pour devenir des esclaves.

Amos dénonce leurs projets, et leur mode de vie en général, comme une violation flagrante de la loi de Moïse. Cette loi exigeait catégoriquement la justice sociale et considérait les soins pour les personnes vulnérables et nécessiteuses comme un caractère essentiel d'un Israélite pieux et fidèle (cf. Dt 10,14-22; 24,19-21). La classe dirigeante et les riches aristocrates en Israël ignoraient carrément ces demandeset les violaient de manière flagrante. Amos a déclaré que de telles violations de la loi de Dieu entraîneraient inévitablement la destruction de la nation. Ses prophéties se sont réalisées. Peu de temps après la fin de sa mission prophétique, la période de prospérité en Israël s'était achevée brusquement et l'invasion assyrienne a effacé Israël de l'histoire.

Le message d’Amos aux riches oppresseurs montre la folie de leurs raisonnements et de leurs actions. Ils ont cherché à mener une vie confortable et à assurer leur avenir au prix de bouleverser ou de détruire la vie de leurs concitoyens israélites. Ce faisant, ils violaient la loi de Dieu qui avait été donnée justement pour assurer le bien-être et l’avenir prospère de tous les Israélites. Croyant qu'ils assuraient leur avenir, ils le détruisaient au contraire pour eux-mêmes et pour leurs enfants. L’avenir de la communauté israélite dépend du maintien d’une communauté stable et harmonieuse fondée sur la loi de Dieu. L'élite dirigeante a ignoré cette vérité fondamentale et, ce faisant, a détruit toute la communauté.

À ses débuts, le mouvement chrétien était regardé avec suspicion. En raison de leur mode de vie particulier et de leur croyance dans le Messie crucifié, beaucoup, y compris les autorités romaines, considéraient le christianisme comme une secte dangereuse, perturbant la société et menaçant son avenir. Pour corriger ces fausses perceptions, Paul et d'autres écrivains chrétiens ont tout mis en œuvre pour montrer que les chrétiens étaient des citoyens pacifiques et respectueux des lois de l'Empire romain, soucieux du bien-être de l'ensemble de la société. Pour cette raison, l'auteur de la première lettre à Timothée exhorte les croyants à prier pour tout le monde, en particulier pour les autorités civiles, responsables du maintien de l'ordre et de l'harmonie. Les chrétiens n'étaient pas des fauteurs de troubles; ils étaient de bons citoyens.

L'auteur souhaite que les chrétiens fassent preuve d’un bon caractère en offrant des prières pour le salut de tous. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. Jésus, le Fils de Dieu, devint le médiateur entre le Dieu sauveur et l’humanité. Conformément au désir de Dieu, Jésus a rendu ce salut possible par son sacrifice de soi. Ainsi, les non-chrétiens n'ont rien à craindre des croyants. Ils servent et vénèrent Dieu, sauveur et non destructeur.

L'auteur témoigne de cette œuvre salvatrice de Dieu et demande aux croyants de prier pour le salut de tous, sans colère ni ressentiment. Leur prière et leur conduite harmonieuse doivent servir de témoignage public aux plans du salut de leur Dieu. Un tel témoignage associé à de bonnes relations avec les non-chrétiens assureraient leur avenir dans la vie présente. En fin de compte, les croyants peuvent aider les non-croyants à obtenir le salut en leur donnant la possibilité de rejoindre ce nouveau mouvement chrétien.

Le passage de l'Évangile appelée « la parabole du serviteur malhonnête » contient sans doute l'histoire la plus surprenante de la Bible. Cette parabole recommande apparemment la malhonnêteté et la tricherie comme moyens acceptables pour assurer son avenir. Cependant, une telle interprétation est loin d’être correcte. Dans le souci de capter l’attention du lecteur, l’auteur de cette parabole a bien voulu donner un impact à son message en utilisant cette technique bien choquante. Dans cette histoire, le gérant corrompu a continué à tromper son maître même après sa découverte et son renvoi. Le choc survient lorsque le maître loue le gérant corrompu, au lieu de le condamner et de le punir pour ses tricheries persistantes et incorrigibles ! Le message de l'histoire ne réside pas dans les actions du serviteur mais dans son raisonnement. Le maître n'approuve ni ne loue son comportement, mais plutôt sa capacité à convertir son échec à son avantage. La leçon de la parabole réside dans la façon dont les croyants gèrent la richesse à leur avantage.

Dans l’Évangile de Luc, l'argent et la richesse sont en général identifiés comme de principales menaces contre la foi et à la vie de disciple. En racontant cette parabole, Jésus veut par là, enseigner à ses auditeurs comment utiliser cette richesse dangereuse et « malhonnête » à l’avantage du croyant. A cet effet, il faut « se faire des amis grâce à une richesse malhonnête ». Pour Jésus, la richesse est destructrice lorsqu'elle conduit à l’avidité et à l'isolement. Cependant, elle peut aussi être bénéfique lorsqu'elle est utilisée pour le partage et pour le service. Une telle utilisation renforce les bonnes relations entre les personnes, tandis que l’avidité les détruit. Étant donné que la gestion de la richesse et de l'argent est une condition inévitable de l'existence humaine dans ce monde, Jésus appelle ses disciples à apprendre de ce gestionnaire infidèle. La leçon à tirer ne réside pas dans l'imitation exacte de son comportement mais dans sa méthode d'utilisation d'une richesse potentiellement dangereuse à son avantage.

Jésus reconnaît que l'utilisation de la richesse est importante. Ceux qui sont fidèles dans les « petites choses » se montrent capables de gérer « des choses plus grandes ». Utiliser l’argent correctement et ne pas être dominé par lui témoigne de la capacité de choisir et de servir son maître et de lui être fidèle. Ainsi, chaque personne doit faire un choix fondamental - soit de tout subordonner à la quête du service de Dieu et de récolter les fruits de la vie éternelle, soit de se concentrer sur la recherche de la richesse et de la perdre à la fin.

La liturgie d’aujourd’hui enseigne que pour assurer un bon avenir qui perdure il faut commencer par la considération d’une économie basée sur la justice, l’ harmonie sociale et d’un bon usage de la richesse. Le prophète Amos a démontré que la recherche de richesses aux dépens des autres est désastreuse pour tout le monde. L'auteur de la première lettre à Timothée a appelé les chrétiens à être des citoyens exemplaires et à se préoccuper du salut de tous en tant que moyen d'assurer leur propre avenir. Jésus enseigne que le croyant ne doit pas être piégé par l'attrait de la richesse matérielle. Mais qu’il l'utilise comme un moyen pour construire de bonnes relations en vue de garantir la vie éternelle dans l’avenir. Ainsi, assurer la vie éternelle future commence sur la terre présente avec le bon usage de la richesse. Car, comme l'a dit le Psalmiste : « Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ? Lui, il siège là-haut. Mais il abaisse son regard vers le ciel et vers la terre. »

ÉCOUTER LA PAROLE DE DIEU

Le souci de l’avenir est peut-être la première chose dans nos pensées lorsque nous nous levons le matin, souvent en forme d’une inquiétude voire d’une angoisse. Qu'allons-nous faire aujourd'hui? Comment pouvons-nous accomplir nos tâches ? D'où viendra l'argent pour le loyer ? L'inquiétude est notre compagnon importun à presque chaque étape de notre vie. Peut-être que cela fait partie de notre nature de s'inquiéter.

Cette préoccupation pour l'avenir peut être dangereuse car elle peut se transformer en une inquiétude excessive, qui à son tour va conduire à l'angoisse. Lorsque nous nous inquiétons, nous dirigeons nos pensées entièrement vers ce qui nous préoccupe. Nous devenons figés et l'objet de notre souci réclame toute notre attention. Il nous domine et nous asservit à bien des égards. D'une certaine manière, ce qui nous préoccupe prend la place dans notre esprit et dans notre cœur de ce qui appartient légitimement à Dieu seul. Pour cette raison, Jésus a maintes fois averti ses disciples du danger de l’inquiétude. Dans les Évangiles, l'inquiétude se retrouve parmi les trois principaux dangers pour le disciple, à côté de l'hypocrisie et de l’avarice.

En revanche, s’il est correctement canalisé, le souci pour l’avenir peut être très positif. Réussir dans la vie personnelle, professionnelle et chrétienne, n’est pas une question de chance, mais de réflexion, de préparation et de planification. Le gérant astucieux de la parabole d’aujourd’hui a planifié son avenir, bien que de manière trompeuse. Par son exemple négatif, nous sommes exhortés à ne pas laisser notre avenir au hasard. Il y a une chanson d'un groupe de Rock peu connu dont le titre est « Comment je me suis retrouvée ici ». Une ligne des paroles de cette chanson fait référence à l'histoire du fils prodigue. On y lit: « un fils prodigue qui ne pouvait plus continuer, a demandé, comment me suis-je retrouvé ici ? ». On peut imaginer ici ce jeune homme assis parmi des cochons, se demandant ce qui ne va pas dans sa vie. La réponse est que son désir de richesse et son utilisation abusive qu’il en a ensuite fait l'ont détruit. La leçon à tirer ici est que celui qui vit une vie sans penser à l’avenir et à une planification ambitieuse, court le risque de s’égarer et de se retrouver dans un endroit qu’il n’a jamais voulu y être. Jésus veut nous protéger de ce destin et demande que nous examinions attentivement ce que nous faisons et où nous allons.

Certains chrétiens ont tendance à dire : puisqu'ils sont entièrement entre les mains de Dieu, ils n'ont pas besoin de prendre en main leur vie. Certes, nos vies sont entre les mains de Dieu, mais Dieu veut que nous planifions notre avenir. Il nous a guidé par l'enseignement de Jésus et nous a donné une liberté pour façonner notre vie. Dieu veut que nous soyons des collaborateurs actifs ; nous lui répondons en tant que partenaires volontaires dans le projet de notre salut, et non des marionnettes passives. En planifiant avec soin et détermination notre vie, conformément aux directives que Dieu a établies dans les Écritures et dans notre tradition, nous devenons partenaires de Dieu dans le projet de notre salut et de celui du monde.

En fin de compte, tous nos plans et desseins doivent prendre en considération la mort et la vie éternelle. Ces deux-là ressemblent à un horizon lointain auquel nous nous approchons inévitablement, pas à pas, jour après jour. Jésus nous exhorte aujourd'hui à utiliser tous les moyens et biens de ce monde pour nous assurer que lorsque nous atteindrons cet horizon, nous serons prêts à faire face à Dieu. Sinon, sans une préparation bien faite pour ce moment-là, nous risquerons, comme le fils prodigue, de nous poser désespérément la question : « Quand et comment suis-je arrivé ici ? »

ProverbE

« Si tu veux bouger des montagnes demain, commence à soulever des pierres aujourd’hui »

AGIR

S’examiner :

Quel est mon plus grand souci? Est-ce que je le laisse dominer ma vie?

Est-ce que j'apporte de l'inquiétude et de la peur aux autres par mon comportement et mes paroles irréfléchis ?

 

Répondre à Dieu :

Je remercierai chaque jour le Seigneur pour le don de ma liberté et pour l’avoir connu ainsi que ses voies. Je prierai pour que je puisse donner une direction à ma vie et poursuivre mes objectifs et mon bonheur en conformité avec sa volonté.

 

Répondre à notre monde :

Cette semaine, je planifierai avec soin chacune de mes journées sans laisser trop au hasard. Mes plans seront déterminés par les enseignements que j'ai appris de la parabole du gérant malhonnête.

À ce stade de l’année, nous regardons en arrière et revoyons les plans que nous avons établis pour les activités de notre groupe. Les avons-nous accomplies ? Que reste-t-il à faire et comment pouvons-nous réaliser notre agenda pour l'année ?

PRIER

Seigneur, Dieu de l'univers, notre monde reflète comment tu mets soigneusement l’ordre dans ton dessein. Tu accomplis le plan du salut pour l'humanité à travers votre Fils Jésus. Envoie ton Saint-Esprit sur moi parce que je désire être ton serviteur et ton partenaire pour mener à bien ce plan, afin que tous puissent jouir du meilleur avenir que tu leur as préparé. Amen.

 

Textes bibliques reproduits avec l’accord de l’AELF – www.aelf.org

www.facebook.com/lectioyouthnet

www.lectioyouth.net

 

Écouter

Vingt-cinquième Dimanche du Temps Ordinaire

Récemment Ajouté

Vingt-cinquième Dimanche du Temps Ordinaire

Vingt-quatrième Dimanche du Temps Ordinaire

Vingt-troisième Dimanche du Temps Ordinaire

Vingt-deuxième Dimanche du Temps Ordinaire

Bulletin

Inscrivez-vous maintenant et obtenez des nouvelles.

Projet coordonné par

Contact

  • Catholic Biblical Federation General Secretariat 86941 St. Ottilien GERMANY
  • Phone:
    Phone:+49-(0)8193 716900

© 2016-2019 - LectioYouth.net - Tous les droits sont réservés - info@lectioyouth.net